Rechercher

Comment attirer l'attention des médias ?

Le projet avance bien et mes interlocuteurs, élus comme électeurs, sont assez enthousiasmés par cette initiative sincère et originale. À ce stade, nous sommes donc confrontés à un double enjeu : susciter l'enthousiasme à une échelle beaucoup plus grande et transformer cet enthousiasme en appui nécessaire à la concrétisation de ce projet.


Pour ce qui est de la première étape, le rôle des médias est évident.


Les réseaux sociaux permettent de développer une certaine audience sur internet, notamment par le biais de la chaîne YouTube, mais également des comptes Facebook, Instagram et Twitter qui permettent de relayer les informations essentielles. La gestion de ces réseaux prend du temps et nécessite parfois des compétences que je n'ai pas, en particulier dans la réalisation des vidéos. Mais si le discours y est souvent trop "descendant" (de l'auteur vers les lecteurs/spectateurs), les réseaux permettent cependant de diffuser du contenu sur mesure et de partager des messages particuliers à un rythme maîtrisé.

Les médias traditionnels sont quant à eux plus difficilement maîtrisable. Sans réseau particulier dans le monde du journalisme, il faut batailler pour attirer l'attention et susciter l'intérêt. C'est néanmoins un passage obligatoire pour l'entreprise que nous menons : l'attention médiatique est clairement une condition nécessaire, bien qu'insuffisante.


 

Au cours des dernières semaines, la presse quotidienne régionale s'est fait le fidèle relais de ce tour de France. De passage à Grenoble, j'ai contacté une journaliste du Dauphiné Libéré dont j'avais trouvé l'adresse mail sur internet. Surprise de la démarche mais intéressée, elle m'a proposé de se rencontrer à Gap. Mon nom était dans le journal deux jours plus tard !

(https://www.ledauphine.com/politique/2021/08/05/a-21-ans-il-est-candidat-a-la-presidentielle)

Encore à Grenoble, j'ai contacté la rédaction de France Bleu Isère, à laquelle j'avais déjà écrit par mail sans résultat quelques jours plus tôt. On me répondit cette-fois ci et je fus invité à parler au micro pour ma première interview radio ! (accessible en écoutant le journal de 8 heures du 5 août : archives France Bleu Isère)


À mon arrivée en Provence, j'eus la surprise d'être contacté par une rédaction. Pour la deuxième fois (après l'interview du Courrier de l'Ouest), une journaliste me joignait par les réseaux sociaux. Après avoir un peu discuté du projet et d'organisation, je finis sur le plateau de BFM D!CI pour une interview en direct ! L'exercice est difficile et le résultat ne fut pas si bon mais cette première expérience à la télévision locale m'aura permit d'apprendre beaucoup. Un extrait est disponible ici : https://www.bfmtv.com/bfm-dici/replay-emissions/bonsoir-dici-alpes-du-sud/martin-rocca-candidat-a-la-presidentielle-porte-le-projet-d-une-assemblee-constituante_VN-202108110149.html


Finalement, mon grand-oncle Henri Rocca, ancien maire de Sainte-Tulle, a pu me décrocher la semaine dernière un rendez-vous avec un journaliste de La Provence. J'ai donc pu exposer mon projet une fois de plus à la rédaction de Manosque et l'article a été publié hier :

https://www.laprovence.com/article/edition-alpes/6458913/martin-rocca-etre-au-premier-tour-de-la-presidentielle-en2022.html


Mon tour de France continue et j'espère obtenir d'autres rendez-vous médiatiques dans la presse régionale avant d'essayer, en septembre, d'attirer l'attention de la presse nationale sur la crise démocratique et la solution que nous proposons.




79 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Bruno Piriou "a décidé de ne donner sa signature à aucun candidat à la présidentielle: il n’en attend plus rien, explique-t-il dans une tribune" que vous pouvez retrouver ici. Partageant son constat m